Bonus et malus d’une assurance auto : de quoi s’agissent-ils vraiment ?

Une exigence établie par la loi, une véhicule mobile doit obligatoirement être souscrite dans une assurance. Le bonus et le malus font partie de deux éléments liés étroitement dans une assurance auto. Cet article vous aidera à comprendre leur signification et leur fonctionnement.

C’est quoi un bonus et malus dans une assurance auto ?

Déjà appliqués par toutes les maisons d’assurances auto, le bonus et le malus figurent automatiquement dans une convention d’assurance. Pour leur appellation, on peut parfois entendre le nom coefficient de réduction/majoration ou CRM. Voici un site intéressant où vous pouvez voir plus de détails. Comme objectif, le bonus/malus a pour rôle de donner des récompenses ou des sanctions aux conducteurs. En effet, c’est un coefficient rentrant dans l’estimation du prix de la contribution annuelle. Ce système tient compte du nombre d’accidents ou de désastres causés par l’assuré. Par conséquent, l’assuré peut obtenir une baisse ou une augmentation en fonction de sa responsabilité.

Comment fonctionnent-ils ?

Attribués au moment du traitement annuel de la gratification d’assurance, le bonus/malus sort en fonction des mouvements du conducteur déclarés préalablement deux mois de l’expiration du contrat. A ce temps précis, l’assureur consulte le nombre d’accidents produits ou ceux dont l’assuré a été victime. Ce système est appliqué presque à toutes les véhicules terrestres sauf quelques-unes comme les véhicules d’intérêt communautaire, les véhicules agricoles, les véhicules de travaux publics, les véhicules de collection et les véhicules de deux roues à 125 cm3 de capacité ou moins. Il faut aussi noter que n’importe quels accidents ou sinistres ne sont pas tous pris en compte dans ce système. La responsabilité du conducteur est exigée.

Dès la première signature du contrat, l’assuré peut bénéficier du bonus et malus sont d’une assurance auto. Pour les calculer, vous pouvez faire le point sur le site.